Je ne me décourage pas

Un peu troublée par l’épisode du Walvis, je décide d’aller dessiner dehors (vraiment dehors!) pour être tranquille et rattraper ce mauvais départ. j’ai choisi un banc au soleil, il fait quand même encore un peu froid. Je suis face aux façades. Sur la place, des touristes et des clochards. Derrière moi, sur l’autre banc, un couple roucoule en amoureux, la fille a un petit rire aigu. Ils s’en vont. Deux clochards s’installent, je les entends ouvrir leurs canettes de bières (j’ai du mal à imaginer que ce pourrait être du coca). Ils discutent business : « Alors, tu vois, l’autre, maintenant qu’il a fait un crédit de… 20 euros chez Teddy, et ben, il revient me voir… Alors moi je lui ai dit… » De mon côté du banc, il fait de plus en plus froid et je peste contre mon nouveau stylo, trop épais. J’arrive plus à faire des pattes de mouche, ça m’énerve.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *