Au vieux Spijtigen Duivel

At the old Spijtigen Duivel.

Ce bistrot de Bruxelles est un des plus anciens de la ville. Il est réputé pour avoir accueilli Baudelaire lors de son exil belge (il avait dû s’enfuir de France pour échapper aux représailles de la censure). Baudelaire, qui a détesté son séjour en Belgique, a écrit un pamphlet très méchant : Pauvre Belgique !
Mais il était à la fin de sa vie, malade et « sentant passer sur [lui] le vent de l’aile de l’imbécillité ». Il meurt, l’année suivante, en 1867, dans les bras de sa maman. On lui pardonne et on boit à sa santé au Spijtigen Duivel !

This Brussels’ café is one of the oldest of the town. It’s famous for welcoming Baudelaire as he was exiled in Belgium (he had to flee from France to escape the retaliation of censorship). Baudelaire who hated his stay in Belgium, wrote a very mean tract : Poor Belgium!
But he was at the end of his life, sick and « feeling the wind of wing of stupidity passing over [him] ». He died the following year, in 1867, in his mom’s arms. We forgive him and drink to his health at the Spijtigen Duivel!

7 commentaires

  1. sisi, il était un peu dragueur ! 🙂 Mais il me connaît, je viens régulièrement dans ce café quand j’ai le temps, avant les ateliers d’écriture.

    1. ah bon ? tu remplis des trucs pour poster ton commentaire ? Comme je poste mes réponses avec mon identifiant de blog, je m’en étais pas rendu compte. Je vais checker ça.

    2. ok pour t’y emmener, sauf que c’est un peu loin : chaussée d’Alsemberg dans le bas de Uccle, pas vraiment ton coin… Mais on peut prendre le tram 51, c’est direct !

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *